Développer puissance et joie

Accueil » actu et news » Glande pinéale : histoire, caractéristique physique et spirituelle
Glande pinéale : histoire, caractéristique physique et spirituelle

Glande pinéale : histoire, caractéristique physique et spirituelle

Les moines tibétains parlaient de la Glande pinéale ou d'un troisième œil. Situé approximativement au centre du cerveau et entre les yeux, elle était le centre de la clairvoyance et de l'intuition. Au cours des temps elle s'est atrophié. Plus tard, ce troisième œil serait associé à la glande pinéale.

 

L'existence de l'épiphyse ou pinéale est connue depuis plus de 2000 ans. Galien au IIe siècle, écrivit que les anatomistes grecs avaient été frappés par la situation particulière de cette glande, concluant qu'elle servait de valve pour réguler le flux de la pensée, que l'on croyait emmagasiné dans les ventricules latéraux du cerveau.

Descartes, au XVIIe siècle, a exprimé sa conviction que la pinéale était le siège de l'âme rationnelle. Pour lui, les sensations perçues par les yeux atteindraient la pinéale, d'où elles iraient vers les muscles, qui produiraient les réponses appropriées. Les études modernes démontrent en cela, comme en d'autres aspects de sa pensée, la grande perspicacité du philosophe.

 

Caractéristiques physiques, situation et relations

 

Le nom pinéale est dû à sa forme, semblable à un ananas, sa taille étant approximativement celle d'un pois. Il pèse en moyenne 173 milligrammes, variant selon les personnes entre 41 et 804 milligrammes.

Il est situé sur le toit du mésencéphale, entre les tubercules bigéminés crâniens, dans la soi-disant fosse pinéale. Sa face crânienne est en dessous du corps calleux et sa base borde le troisième ventricule. Sa cellule fonctionnelle est le pinéalocytes, qui est capable de produire les enzymes nécessaires à la synthèse de la mélatonine (son hormone principale) et de la sérotonine, à partir du tryptophane.

 

Synthèse des pinéalocytes et de la mélatonine

 

La mélatonine a été découverte en 1958 par le dermatologue et biochimiste A.B. Lerner, qui s'est appuyé sur les observations de MC. Cord et Allen en 1917. Ces observations ont déduit que le fait de laisser tomber des extraits de pinéale de vache dans l'eau dans laquelle nageaient les têtards provoquait un blanchiment de leur peau.

Lerner et Cols ont purifié des extraits de plus de 200 000 vaccins pinéaux, isolant une substance qui ajoutait de la mélanine intracellulaire. L'hormone stimulant les mélanocytes, au contraire, désintégrait ces granules, assombrissant la peau. On l'appelait mélatonine par opposition à stimulant des mélanocytes.

En l'absence de lumière, le pinéalocytes reçoit une stimulation périodique sous forme de norépinéphrine (NE), de sérotonine ou de décharges électriques des fibres nerveuses du noyau suprachiasmatique supérieur. Celui-ci, à son tour, reçoit des informations qui proviennent du système végétatif, à travers neurones émergeant du ganglion cervical supérieur, qui se connecte avec d'autres ganglions de la moelle épinière.

LIRE AUSSI  Métaux lourds : environnement et réaction du corps

En présence de lumière naturelle ou artificielle, les photorécepteurs de la rétine convertissent le signal lumineux, notamment dans la bande jaune-vert, en un signal électrique, qui est transmis par le tractus rétinohypothalamique au ganglion cervical supérieur, où il quitte le SNC , se connectant aux ganglions de la moelle et abolissant le signal circadien envoyé par ledit ganglion au noyau suprachiasmatique.

En conséquence, ledit noyau est libéré de l'influence de la moelle épinière et ralentit la vitesse de libération de NE sur la pinéale, ce qui se traduit par une moindre absorption d'acides aminés, notamment de tryptophane, par le pinéalocytes ; diminution de la production d'adénylcyclase et d'AMPc et, par conséquent, diminution de la production et de la libération de mélatonine.

Toute activation du système sympathique abolit l'effet répressif de la lumière.

 

Glande pinéale et puberté

 

La glande pinéale est plus grosse dans l'enfance qu'à maturité, commençant à diminuer en taille à partir de l'âge de 7 ans. Cette récession de taille était considérée comme une involution ou une atrophie d'une glande qui était inutile, mais elle est aujourd'hui considérée comme un processus de maturation.
Dès la naissance, les testicules et les ovaires ont une structure suffisamment préparée pour que, en présence d'une stimulation adéquate des gonadotrophines, leur maturation ait lieu en peu de temps. Cependant, ce stimulus ne se produit pas. L'hypophyse, capable de produire ces gonadotrophines, en présence du stimulus hypothalamique adéquat de la gonadotrophine-relaxine-hormone GnRH, ne les produit pas en raison de son déficit.

Chez l'adulte, les stéroïdes sexuels s'autorégulent, en se liant à des récepteurs hypothalamiques spécifiques, qui, à partir d'une certaine concentration sanguine, déclenchent la voie de production d'endorphines (opiacés physiologiques). Ceci, à son tour, déforme la pulsatilité de la GnRH, ce qui ralentit la production et la libération de gonadotrophines, de sorte que les ovaires ou les testicules (gonades) en l'absence dudit stimulus, cessent de produire des stéroïdes sexuels, réduisant leur concentration dans le sang. Avec cela, les stéroïdes liés aux récepteurs sont libérés et la libération de GnRH est réactivée. Chez l'enfant, la même chose devrait se produire, et pourtant cela n'arrive pas.

LIRE AUSSI  Image corporelle : Apprendre à nous aimer tel que nous sommes

 

La mélatonine a la même affinité que ceux-ci pour les récepteurs hypothalamiques des stéroïdes sexuels.

 

Dans l'enfance, une plus grande quantité de mélatonine est produite qu'à la maturité. De sorte qu'elle est constamment liée à ces récepteurs, déclenchant la voie opiatorgique, empêchant ainsi la libération de GnRH et, par conséquent, la maturation gonadique.

A partir de 7 ans, la glande pinéale diminue progressivement de taille. Par conséquent la concentration sanguine de mélatonine diminue jusqu'à ce qu'il arrive un moment où elle ne se lie plus à un nombre suffisant de récepteurs hypothalamiques. La voie opiatorgique est bloquée et est produite par la GnRH libération et synthèse pour la première fois. Cela se produit après 11 ans chez les femmes et 12 ans chez les hommes. Dans les villes, la puberté est plus tardive que dans les villes, ce qui est dû à la moindre consommation de lumière dans celles-ci que dans les premières.

 

Autres fonctions de la Glande pinéale

 

La glande pinéale contrôle simultanément tous les centres neuroendocriniens hypothalamiques, et par conséquent tous les facteurs de libération et d'inhibition. Bien que son mécanisme et son action soient inconnus, certains de ses effets indirects sur l'hypophyse sont connus.

 

Elle diminue :

  • Les concentrations de GnRH et, par conséquent, celles de l'hormone folliculo-stimulante (FSH) et lutéotrope (LH)
  • La fonction thyroïdienne (TSH et T4) 
  • L'insuline
  • L'ATCH
  • La corticostérone
  • Une diminution de la TSH et de la prolactine (PRL) peuvent être attendues

Elle augmente:

  • Les concentrations de glucose dans le sang
  • La synthèse des protéines cérébrales
  • La production et la libération de dopamine (DA).
  • L'hormone de croissance (GH)

 

Résumé : Fonctions de la Glande pinéale

 

1-Contrôle l'apparition de la puberté.
2-Harmonise le système végétatif avec l'environnement, par la vue, et probablement aussi le reste des sens.
3-Induire le sommeil.
4- Régule probablement les rythmes circadiens.
5-C'est un interrupteur qui module l'intensité de fonctionnement de tous les centres neuroendocriniens hypothalamiques.
6- Il prévient la gradation prématurée dans l'enfance.

Puisque le silence accompagne généralement l'obscurité, on peut penser que les deux stimulent la libération de mélatonine. Ceci, à son tour, produirait la libération d'endorphines qui engourdiraient le reste des sens (le toucher, l'odorat et le goût). Une fois cela réalisé, le subconscient et, par conséquent, le système végétatif, seraient libérés de tout contrôle conscient. Cela produit d'une part les processus de croissance (enfance) et de régénération tissulaire (adultes), et d'autre part, la libération de le subconscient sous forme de rêves.

LIRE AUSSI  Crise de goutte, saturation de l'acide urique : solutions naturelles

 

Rêves et vue

 

Il existe une zone de cellules qui, comme un film, est impressionnée par l'interrelation des deux hormones, par le mécanisme susmentionné. Au cours de la journée, les impressions lumineuses médiées par le MSH prédomineront, tandis que la nuit, ce seraient des impressions du subconscient et médiées notamment par la mélatonine. On aurait donc un positif et un négatif.

Parfois les rêves servent de soupape d'échappement à nos tensions. D'autres sont un avertissement déguisé de situations dont nous sommes coupables et que nous devons rectifier, et dans d'autres, ce sont des avertissements préalables à des situations que nous devons traverser et des solutions à surmonter.

Comme nous le voyons, les rêves traversent la pinéale et échappent normalement à notre conscience. De sorte que dans la plupart des cas, ils l'atteignent de manière déformée ou symbolique. En tout cas, ils font partie de notre réalité.

 

Changement d'habitudes et Glande pinéale

 

Avec la découverte de la lumière artificielle par Edison, nos coutumes ont été révolutionnées. De telle sorte qu'elles ont modifié notre mode de vie, notre rapport au Cosmique mais aussi notre santé. Actuellement, nous apprécions, mais souffrons aussi, de plus grandes périodes de lumière et de son au détriment de l'obscurité et du silence régénératifs.

Nous avons perdu une partie de notre harmonie avec le Cosmique. Nos quantités plus faibles de sécrétion de mélatonine rendent nos processus de régénération partiellement insuffisants. Tout comme le reste de notre esprit, qui devient obsessionnel et possessif. Jamais comme aujourd'hui il n'y a eu autant de dépressions, d'obsessions et d'insomnies.

 

Pinéale et mysticisme

 

Certaines pratiques en spiritualité proposent à travers certains exercices de restaurer l'harmonie de la pinéale avec le Cosmique. Les processus de régénération en partie oubliés par nos coutumes seraient alors pleinement restaurés. Il ne s'agit ainsi en aucun cas d'une hypertrophie de la glande.

Dans la plupart des exercices nous observons que la pénombre, le silence ou la musique douce sont recommandés. Tout cela conduit à une augmentation plus importante de la mélatonine. Avec cela, nous pouvons prendre conscience de notre subconscient. Et l'utiliser en notre faveur et en faveur de l'humanité à travers des processus de visualisation et d'émission de sentiments d'Amour et de Paix Profonde, depuis notre Être Intérieur.

1 réflexion sur “Glande pinéale : histoire, caractéristique physique et spirituelle”

  1. נערות ליווי

    Je dois vous remercier pour les efforts que vous avez déployés pour créer ce site. J’espère également consulter les mêmes articles de blog de haute qualité de votre part à l’avenir. En fait, vos capacités d’écriture créative m’ont motivé à créer mon propre blog maintenant 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.